Cart 0

KEEP CALM.... and CALL SAM !

Le recyclage des téléphones

LE RECYCLAGE DES TELEPHONES

Le recyclage des téléphones concerne uniquement 15% des ventes de téléphones portables.

UN PROBLEME ECOLOGIQUE ET SOCIAL

Les cartes mères sont composées de nombreux métaux précieux (jusqu’à 50 euros le kg) qui deviennent de plus en plus rares. Ces ressources sont exploitées dans quelques pays pauvres au mépris des conditions sociales et humaines des travailleurs.

LES CONSTRUCTEURS FREINENT LE RECYCLAGE

Le marketing des constructeurs dépasse nettement l’enjeu écologique. Il est préférable économiquement de faire remplacer le téléphone par un nouveau modèle en exagérant le prix des réparations sur les anciens modèles.

De plus, la conception des téléphones est volontairement bloquante pour la réparation. Souvent à cause de collages excessifs y compris de vitres arrières, pour empêcher ou rendre difficile le simple changement d’une batterie.

LA LEGISLATION AU SECOURS DE L'ECOLOGIE ?

Naturellement, le législateur français souhaite encourager le recyclage. Avec un double objectif : créer de l’emploi sur place et y mettre une dose d’écologie en récupérant les métaux. Ainsi, les moyens mis en œuvre risquent d’être peu efficaces communiquer mieux auprès du consommateur, obliger les constructeurs à garantir leurs produits 4 ans et diversifier les modalités de collecte.

ET LES REPARATEURS ? LES GRANDS OUBLIES

En France, il existe déjà une filière de recyclage des écrans appelés écrans reconditionnés. 80% des casses de téléphones concernent les écrans. Faire durer la vie de nos téléphones avec des écrans moins chers et reconditionnés, permettraient de réduire le coût d’une réparation. Combien de réparations d’un célèbre fabricant sud-coréen sommes-nous obligés d’abandonner car le constructeur vend ses écrans d’origine entre 150 et 250 euros ? Pas sûr que le prix reflète la réalité du coût.

Les batteries sont la deuxième faiblesse des téléphones. Il faut les changer souvent. Or on s’aperçoit que les concepteurs, volontairement, collent les batteries à la carte mère ou au châssis fortement. Encore, ils obligent à briser l’arrière vitré du téléphone pour un simple changement de batterie, engendrant un coût de réparation élevé.

NOTRE METIER

Il parait inconcevable de récupérer des métaux sur une carte mère cela coûterait trop cher. Alors que ferions-nous de cette matière première ?

La solution la plus adaptée consiste à rapprocher les réparateurs de plus en plus nombreux et compétents des constructeurs. En obligeant les constructeurs à fournir des pièces détachées, essentiellement, sur les écrans, contraindre à les reconditionner, rendre les batteries amovibles et accessibles sans avoir à casser les téléphones. C'est reconnaître l'utilité de notre métier, finalement.

SAM - 3/10/2016

Pour en savoir plus - Les Echos du 3/10/16

 

Nos partenaires